La Mecque-Phuket par Saphia Azzeddine - 1ère partie

Publié le par Karima C

arton2189.jpg      Saphia Azzeddine à travers son héroïne, Fairouz, dans "La Mecque-Phuket", se désole du manque de culture  qu'ont certains -j'insiste sur le "certains" car ok pour s'autoflageller mais restons précis- Français d'origine arabo-musulmane sur leur Histoire, ce qui rend leur fierté affichée sans aucun argument. Et pourtant il y a de quoi être fier de leurs ancêtres et quel bel exemple à suivre. Ils sont en France, pays démocratique où l'accès à la connaissance, aux livres et à la culture est facile; malheureusement, ils n'en profitent pas pour évoluer, s'en sortir et donner une autre image d'eux.

 

Ah! Comme cela m'horripile d'entendre ce parler qui est tout sauf du français. Oui, juste entendre car il est trop difficile de se concentrer sur un tel brouaa et de l'écouter. Et comme je suis à chaque fois interloquée par "c'est qu'est-ce-que je me dis" ou "j'en ai fait quelques courses".  On dit en bon francais: "c'est ce que je me suis dit" et "j'ai fait des courses". La meilleure des armes pour se défendre et faire valoir ses droits c'est la maîtrise de la langue et avoir de la connaissance, de la culture et connaître ses droits.

 

Enfin, elle regrette que l'Education Nationale ne valorise pas une certaine catégorie de la société.

 

Voici quelques passages bien intéressants:

 

 

"J'aurais aimé être fière d'être arabe à l'époque, non pas en réaction contre eux mais malgré eux. Connaître mon histoire et aller à l'école à cloche pieds en chantonnant une cantine en arabe et que ça fasse cool aussi"

 

"Je lui recommandais aussi d'apprendre à parler correctement. Je n'en pouvais plus de ces Arabes qui débarquent à la télé sans savoir conjuguer le plus-que-parfait."

 

"J'ai appris avec délice qu'Avicenne était à l'origine de l'anesthésie, Ibn Firnas du parachute, Al-Zahrawi du scalpel, qu'Ibn Hamz avait découvert que la terre tournait autour de la Terre bien avant Corpernic, qu'Ibn Al-Haytham avait imaginé l'appareil photo, Ibn Nafi la diététique et le sultan d'Egypte le stylo à bille. Enfin des noms arabes liés ni de loins ni de près à des faits divers foireux!"

 

"Je disais quand même à Mehdi, le chef de bande des petits rebeux, que ses "frères palestiniens" comme il les appelait auraient plus besoin d'un Mehdi avocat à l'avenir que d'un Mehdi tourneur-fraiseur."

 

"Les Arabes ça ne fait pas rêver. Ils jouent toujours les trouble-fêtes, les énervés au sang chaud, les intellectuels pas rigolos, les laïques démagoou les rappeurs analphabètes. Ils collent parfaitement à l'image qu'on attend d'eux tout en suppliant les bons Français de ne pas faire d'amalgame entre islamistes et musulmans. Merci Arlette Chabot d'inviter des Judokas pour nous expliquer ça quand des milliers de penseurs arabes se crèvent le cul à le faire depuis des années à travers de petits essais anonymes.

 

"Merci aux Arabes qui passent à la télé de ne plus dire " le problème où qu'il est c'est que"

 

"L'intégration ne passe pas par la prostitution. Il serait temps de passer à l'érudition..."

 

" tu vas devoir bosser deux fois plus et fermer ta gueule par dessus le marché [...] Lève toi plus tôt, dors moins, gagne moins, cherche dix fois plus que les autres mais bosse et deviens le meilleur."

 

"Peut-être de trucs seraient différents si on nous valorisait un peu plus à l'école. A la place, on nous gavait de Voltaire et tout ce que l'on retenait c'était que lui aussi insultait les musulmans."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cheraz 19/12/2010 12:35



je ne connais pas cette auteure



Karima C 19/12/2010 13:20



Elle est française.


Je viens d'acheter son roman " Du rêve pour les oufs"



cheraz 19/12/2010 11:50



Coucou Karima,


Pour résumer j'ai bien aimé ce livre , l'auteur met le doigt sur quelques traits communs aux français d'origine arabo-musulmane avec humour.


Quelques fois j'avais même l'impression qu'elle parlait de mon entourage (la vaisselle, les objets neufs, les petits frères et soeurs qui ne foutent rien loletc...)


Par contre, quelques paragraphes alourdissent le roman (mais le roman serait trop court sans ces passages) .


De plus, trop de vulgarité diminue le cachet de ce livre, mais ce détail ne m'empêche pas d'avoir aimé ce livre.


Je souhaite maintenant lire les 2 autres romans de Saphia.


A+



Karima C 19/12/2010 12:01



Tout à fait d'accord avec toi Chéraz... Bon résumé


Je pense que le prochain livre de Saphia que je lirais bien, ce serait Confidence à Allah. C'est l'histoire d'une prostitué qui se confie à Dieu...


Sinon, je viens de découvir une autre écrivaine Faiza Guène...